Page 0076

TRAITEMENTS DES CANCERS

74 CANCER CONTROL FRANCOPHONE 2021

Profil clinico-pathologique des tumeurs

abdominales malignes chez l'enfant:

expérience de l'unité d'oncologie

pédiatrique de Bamako

ABDOUL KARIM DOUMBIA (SUR LA PHOTO), DÉPARTEMENT DE PÉDIATRIE DU CHU GABRIEL TOURÉ; BOUBACAR TOGO, DÉPARTEMENT

DE PÉDIATRIE DU CHU GABRIEL TOURÉ; PIERRE TOGO, DÉPARTEMENT DE PÉDIATRIE DU CHU GABRIEL TOURÉ; FOUSSEYNI TRAORÉ,

DÉPARTEMENT DE PÉDIATRIE DU CHU GABRIEL TOURÉ; ARSÉNE DACKONO, DÉPARTEMENT DE PÉDIATRIE DU CHU GABRIEL TOURÉ;

OUMAR KEITA, DÉPARTEMENT DE PÉDIATRIE DU CHU GABRIEL TOURÉ; YAKARIA COULIBALY, ERVICE DE CHIRURGIE PÉDIATRIQUE DU

CHU GABRIEL TOURÉ; ABDOUL AZIZ DIAKITÉ, DÉPARTEMENT DE PÉDIATRIE DU CHU GABRIEL TOURÉ; ADAMA DEMBÉLÉ, HAWA DIALL,

BELCO MAIGA, DJÉNEBA KONATÉ, DÉPARTEMENT DE PÉDIATRIE DU CHU GABRIEL TOURÉ; GUÉDIOUMA DEMBÉLÉ, DÉPARTEMENT

DE PÉDIATRIE DU CHU GABRIEL TOURÉ; OUMAR COULIBALY, DÉPARTEMENT DE PÉDIATRIE DU CHU GABRIEL TOURÉ ET CHECK

BOUGADARY TRAORE, SERVICE D'ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES DU CHU « POINT G »

La tumeur abdominale nécessite un diagnostic rapide

et précis pour une prise en charge efficace (1). Les

tumeurs abdominales malignes de l'enfant représentent

l'ensemble des processus expansifs malins développé dans

la cavité abdominale (2). Elles sont souvent de découverte

fortuite par un parent, lors d'un examen physique ou détectées

à l'imagerie abdominale (3). Elles se présentent généralement

sous forme d'une masse abdominale ou d'une augmentation du

volume abdominal, ou par des signes non spécifiques : troubles

digestifs et mictionnels (par compression), hypertension

artérielle, hématome, signes généraux (fièvre, amaigrissement),

rarement une complication (invagination intestinale aiguë) (2).

L'âge du patient, le sexe et la topographie de la tumeur sont

des éléments fondamentaux pour l'orientation diagnostique.

Entre 1 et 6 ans, la majorité des masses sont de nature maligne

essentiellement neuroblastome et néphroblastome (4). La

découverte d'une masse abdominale chez l'enfant conduit

à la réalisation d'examens complémentaires radiologiques,

biologiques et anatomo-pathologiques. Ces examens sont

au mieux réalisés en milieu spécialisé dans le but d'aboutir rapidement au diagnostic étiologique et à la mise en route du

traitement efficace.

L'imagerie a grandement contribué à l'amélioration du

diagnostic des cancers abdominopelviens et à la surveillance

de l'efficacité du traitement. L'échographie conventionnelle est

souvent l'examen de première intention, mais a globalement

un rôle limité dans le diagnostic et la classification du

cancer abdomino-pelvien (3,4). La tomodensitométrie est

actuellement le principal moyen diagnostique utilisé en

radiologie oncologique. L'IRM est généralement utilisée en

seconde intention en raison de son coût et de sa disponibilité

relativement limitée (4). L'imagerie permet de localiser la

tumeur, d'étudier ses rapports, de déterminer si possible la

nature et de mettre en évidence des lésions vascularisées. Le

choix de la technique est déterminé en fonction de l'organe

étudié, de la pathologie suspectée, de l'état clinique du

patient et de l'expérience du radiologue et de l'endoscopiste

(4). Selon la littérature, environ deux tiers des tumeurs

malignes abdominales sont retro-péritonéales. La majorité

de ces tumeurs est intra-rénale (5). La biologie, notamment

Les tumeurs abdominales malignes (TAM) constituent un problème majeur de diagnostic en

oncologie pédiatrique. Cette étude transversale menée en 2019 avait pour but de décrire les

aspects épidémio-cliniques des principaux types de tumeurs abdominales malignes rencontrés

chez les enfants suivis à l'unité d'oncologie pédiatrique de Bamako. La majorité des patients

avait moins 5 ans (65%). Le sex-ratio était de 1,7. Les patients étaient pour la plupart issus

de milieu socio-économique défavorisé (67%). Le délai moyen de consultation était de

12 semaines. Les principaux signes observés étaient la masse (48%), les douleurs (46%),

l'amaigrissement (80%) et la fièvre (17%). Le néphroblastome était la tumeur la plus fréquente

(52%), suivi du lymphome de Burkitt (26%) et du neuroblastome (13%). Une meilleure

détermination des aspects épidémio-cliniques pourrait favoriser un diagnostic précoce et un

traitement adéquat des TAM chez les enfants.

Index

  1. Page 0001
  2. Page 0002
  3. Page 0003
  4. Page 0004
  5. Page 0005
  6. Page 0006
  7. Page 0007
  8. Page 0008
  9. Page 0009
  10. Page 0010
  11. Page 0011
  12. Page 0012
  13. Page 0013
  14. Page 0014
  15. Page 0015
  16. Page 0016
  17. Page 0017
  18. Page 0018
  19. Page 0019
  20. Page 0020
  21. Page 0021
  22. Page 0022
  23. Page 0023
  24. Page 0024
  25. Page 0025
  26. Page 0026
  27. Page 0027
  28. Page 0028
  29. Page 0029
  30. Page 0030
  31. Page 0031
  32. Page 0032
  33. Page 0033
  34. Page 0034
  35. Page 0035
  36. Page 0036
  37. Page 0037
  38. Page 0038
  39. Page 0039
  40. Page 0040
  41. Page 0041
  42. Page 0042
  43. Page 0043
  44. Page 0044
  45. Page 0045
  46. Page 0046
  47. Page 0047
  48. Page 0048
  49. Page 0049
  50. Page 0050
  51. Page 0051
  52. Page 0052
  53. Page 0053
  54. Page 0054
  55. Page 0055
  56. Page 0056
  57. Page 0057
  58. Page 0058
  59. Page 0059
  60. Page 0060
  61. Page 0061
  62. Page 0062
  63. Page 0063
  64. Page 0064
  65. Page 0065
  66. Page 0066
  67. Page 0067
  68. Page 0068
  69. Page 0069
  70. Page 0070
  71. Page 0071
  72. Page 0072
  73. Page 0073
  74. Page 0074
  75. Page 0075
  76. Page 0076
  77. Page 0077
  78. Page 0078
  79. Page 0079
  80. Page 0080
  81. Page 0081
  82. Page 0082
  83. Page 0083
  84. Page 0084
  85. Page 0085
  86. Page 0086
  87. Page 0087
  88. Page 0088
  89. Page 0089
  90. Page 0090
  91. Page 0091
  92. Page 0092
  93. Page 0093
  94. Page 0094
  95. Page 0095
  96. Page 0096
  97. Page 0097
  98. Page 0098
  99. Page 0099
  100. Page 0100
  101. Page 0101
  102. Page 0102
  103. Page 0103
  104. Page 0104
  105. Page 0105
  106. Page 0106
  107. Page 0107
  108. Page 0108
  109. Page 0109
  110. Page 0110
  111. Page 0111
  112. Page 0112
  113. Page 0113
  114. Page 0114
  115. Page 0115
  116. Page 0116
  117. Page 0117
  118. Page 0118
  119. Page 0119
  120. Page 0120
  121. Page 0121
  122. Page 0122