Page 0092

FORMATION ET E-LEARNING

Intégrer une démarche palliative à l'offre

de soins développée dans les unités du

(Groupe Franco-Africain d'Oncologie

Pédiatrique) : perspectives à partir d'un

programme triennal de formation

C EDAN (SUR LA PHOTO), GFAOP, GUSTAVE ROUSSY, VILLEJUIF, FRANCE; JJ ATTEBY YAO, CHU DE TREICHVILLE, ABIDJAN, CÔTE D'IVOIRE;

ML VIALLARD, DOULEUR ET MÉDECINE PALLIATIVE PÉRINATALE, CHU NECKER ENFANTS MALADES, PARIS, FRANCE; L HESSISSEN, SERVICE

D'ONCOLOGIE PÉDIATRIQUE, HÔPITAL DES ENFANTS, RABAT, MAROC; C MOREIRA, UNITÉ D'ONCOLOGIE PÉDIATRIQUE, HÔPITAL

ARISTIDE LE DANTEC, DAKAR, SÉNÉGAL; S CALMANTI, ÉQUIPE RÉGIONALE DE SOINS PALLIATIFS PÉDIATRIQUES « LA BRISE », BRETAGNE;

C PATTE, GFAOP, GUSTAVE ROUSSY, VILLEJUIF; P POULAIN, USP LES ORMEAUX, TARBES, FRANCE; C THINLOT, GFAOP, GUSTAVE ROUSSY,

VILLEJUIF, FRANCE; F AUBIER, GFAOP, GUSTAVE ROUSSY, FRANCE; MS DOUÇOT, GFAOP, GUSTAVE ROUSSY, VILLEJUIF, FRANCE ET

A GAGNEPAIN-LACHETEAUH, FONDATION SANOFI ESPOIR, PARIS, FRANCE

Que des soignants africains puissent s'intéresser

à la cancérologie pédiatrique, numériquement si

infime qu'elle n'est toujours pas répertoriée dans

les statistiques de mortalité, et que des enfants atteints de

cancer puissent être traités et guéris en Afrique n'est plus à

démontrer. Les résultats des efforts de plusieurs communautés

collaboratives l'ont permis (1-4 ; 5). L'approche thérapeutique

y a d'ailleurs dépassé l'exigence de guérison pour embrasser

des problématiques de qualité de vie, pendant et après le

traitement (6.)

Cependant, le taux de guérison reste bien inférieur à celui

rapporté par les équipes des pays riches ; la prise en charge

des symptômes et de la famille est parfois très limitée. En

attendant que les enfants africains bénéficient de progrès

thérapeutiques significatifs, et pour beaucoup d'entre eux,

une option « palliative » reste la seule option réaliste.

Dans les pays riches, les soins palliatifs organisés d'abord

avec une hypothèse de mort prochaine, inéluctable, plus ou

moins imminente, sont insensiblement devenus des soins

bâtis dans des conditions chroniques complexes, et ont

certainement contribué à une amélioration de la qualité des soins dans des circonstances critiques, y compris dans une

perspective de vie (7).

Cette démarche est-elle transposable en Afrique ? Estelle applicable dans des unités d'oncologie

pédiatrique où

des équipes de soignants ont mis à l'épreuve leur capacité

à guérir? Et au-delà de ces unités et de ce cadre hospitalier,

peut-elle contribuer à répandre la notion même de soins

palliatifs là où réside la plupart des enfants qui en auraient

besoin ?

Pour faire face à cette situation et à ces questions, le GFAOP

a lancé un programme de formation aux soins palliatifs à

destination des professionnels de santé travaillant dans les

unités d'oncologie pédiatrique en Afrique francophone. Ce

programme de 3 ans, intitulé « Intégrer les soins palliatifs

dans l'approche d'oncologie pédiatrique GFAOP… et audelà ?»,

a été développé en réponse à un appel à projets, et

avec l'aide de la Fondation Sanofi Espoir dans le cadre de son

programme My Child Matters.

Nous rapportons dans cet article le déroulé de ce programme,

les leçons qui peuvent en être tirées à sa clôture et l'orientation

de ses éventuels prolongements.

Au sein du Groupe Franco-Africain d'Oncologie Pédiatrique (GFAOP), nous avons bâti avec les acteurs

locaux un programme de formation dans l'objectif principal de former les équipes d'oncopédiatrie

de 15 pays d'Afrique francophone à la maitrise des traitements antalgiques et aux soins palliatifs.

Pour accéder à ce programme, il était demandé un projet visant à améliorer les pratiques dans ces

domaines, porté par une équipe multidisciplinaire garante de sa mise en place. Cette expérience, par

sa durée et son ouverture, a permis de reconnaitre et partager les réalités diverses de ces unités et

d'envisager un ajustement pragmatique et contextualisé de ses prolongements.

90 CANCER CONTROL FRANCOPHONE 2021

Index

  1. Page 0001
  2. Page 0002
  3. Page 0003
  4. Page 0004
  5. Page 0005
  6. Page 0006
  7. Page 0007
  8. Page 0008
  9. Page 0009
  10. Page 0010
  11. Page 0011
  12. Page 0012
  13. Page 0013
  14. Page 0014
  15. Page 0015
  16. Page 0016
  17. Page 0017
  18. Page 0018
  19. Page 0019
  20. Page 0020
  21. Page 0021
  22. Page 0022
  23. Page 0023
  24. Page 0024
  25. Page 0025
  26. Page 0026
  27. Page 0027
  28. Page 0028
  29. Page 0029
  30. Page 0030
  31. Page 0031
  32. Page 0032
  33. Page 0033
  34. Page 0034
  35. Page 0035
  36. Page 0036
  37. Page 0037
  38. Page 0038
  39. Page 0039
  40. Page 0040
  41. Page 0041
  42. Page 0042
  43. Page 0043
  44. Page 0044
  45. Page 0045
  46. Page 0046
  47. Page 0047
  48. Page 0048
  49. Page 0049
  50. Page 0050
  51. Page 0051
  52. Page 0052
  53. Page 0053
  54. Page 0054
  55. Page 0055
  56. Page 0056
  57. Page 0057
  58. Page 0058
  59. Page 0059
  60. Page 0060
  61. Page 0061
  62. Page 0062
  63. Page 0063
  64. Page 0064
  65. Page 0065
  66. Page 0066
  67. Page 0067
  68. Page 0068
  69. Page 0069
  70. Page 0070
  71. Page 0071
  72. Page 0072
  73. Page 0073
  74. Page 0074
  75. Page 0075
  76. Page 0076
  77. Page 0077
  78. Page 0078
  79. Page 0079
  80. Page 0080
  81. Page 0081
  82. Page 0082
  83. Page 0083
  84. Page 0084
  85. Page 0085
  86. Page 0086
  87. Page 0087
  88. Page 0088
  89. Page 0089
  90. Page 0090
  91. Page 0091
  92. Page 0092
  93. Page 0093
  94. Page 0094
  95. Page 0095
  96. Page 0096
  97. Page 0097
  98. Page 0098
  99. Page 0099
  100. Page 0100
  101. Page 0101
  102. Page 0102
  103. Page 0103
  104. Page 0104
  105. Page 0105
  106. Page 0106
  107. Page 0107
  108. Page 0108
  109. Page 0109
  110. Page 0110
  111. Page 0111
  112. Page 0112
  113. Page 0113
  114. Page 0114
  115. Page 0115
  116. Page 0116
  117. Page 0117
  118. Page 0118
  119. Page 0119
  120. Page 0120
  121. Page 0121
  122. Page 0122